L'union de la droite, du centre et des indépendants

Un budget de faux-semblants et de renoncements

Notre groupe a voté contre le budget 2017 de la ville. Celui-ci repose en effet sur un cycle qui n'est pas vertueux :

Moins de dotations d'État : pour la 4e année consécutive, la dotation globale de fonctionnement baisse : - 700 000 € par rapport à 2016, soit une perte cumulée de 10,65 M€ en 4 ans et autant d'investissements perdus pour la ville.

Des taux de fiscalité stables : mais le contribuable verra bien sa feuille d'impôt augmenter, par la hausse forfaitaire des bases de 0,4 % (vote du Parlement), et l'usager constate déjà les augmentations de tarifs dans différents domaines de l'activité municipale, de l'ordre de +2 %.

Des dépenses de fonctionnement insuffisamment maîtrisées, notamment les dépenses de personnel qui pèsent 54,6 % de ces dépenses et continuent d'augmenter (+0,6 %).

L'autofinancement qui s'effondre. Nos fonds propres pour financer les investissements connaissent une baisse spectaculaire de -22 % par rapport à 2016 !Conséquence : les investissements sont également en chute libre : -25 % par rapport à la période 2008-2014 ! Et une augmentation de la dette est attendue en 2017.

Mais au-delà des chiffres, c'est un budget qui manque clairement de vision et d'ambitions pour notre ville.

Il manque une ambition pour l'emploi : avec un taux de chômage ville de18 % selon Audelor, l'emploi devrait être la priorité de toute l'action publique.

Il manque une ambition pour améliorer la circulation et le stationnement,qui deviennent de réels points faibles pour notre vie quotidienne. Le paradoxe est que par ailleurs, nos parkings souterrains ne font pas le plein. Le budget annexe du parking de la place d'Armes est édifiant : 100 100 € de recettes prévisionnelles pour 690 100 € de budget de fonctionnement !

Il manque une ambition pour le numérique qui ne se déploie pas suffisamment vite dans la ville, notamment dans les écoles.Il manque une grande ambition pour nos quartiers : avec l'engagement des crédits d'études pour le Bois-du-Château et Kervénanec, nous espérons de véritables restructurations, alliant rénovation du bâti et actions de fond pour l'insertion et pour l'emploi.

Enfin, il manque une ambition pour la sécurité. Certes, nous saluons les premiers investissements pour la vidéo-protection. Mais sans un véritable réseau constitué, relié en permanence aux polices nationale et municipale,ces efforts seront vains. Or, la réalité est que dans certains quartiers, se sont développés des trafics, au vu et au su de tout un chacun. Il est plus que temps d'agir !

Permanences des élus, rue Marie Dorval :

  • 13 mai Jean Le Bot
  • 20 mai Gaëlle Bois
  • 27 mai Liliane Petre
  • 3 juin Franck Geffray
Fabrice Loher
Fabrice Loher