Le mot de la majorité

La Convention internationale des droits de l'Enfant : un outil au service des parents

Le mois prochain, nous célébrerons, à nouveau, l'anniversaire de la signature de la Convention internationale des droits de l'enfant. Autour du thème de cette année, "l'expression sous toutes ses formes", les enfants et les jeunes pourront laisser libre cours à leur imagination, à leur créativité, seuls ou collectivement, hors du joug de la performance ou du temps compté, pour nous raconter ce qu'ils ressentent, leurs émotions, leurs envies, leurs rêves.

Cette convention, repose, tout entière, sur un concept de respect de l'enfant. Elle est novatrice dans le sens où elle s'est inspirée, au travers de tous ses articles, des besoins vitaux, tels que la pyramide Maslow les a définis. Si les besoins physiologiques et de sécurité sont les premiers besoins vitaux pour qu'un enfant survive et se développe, ce texte insiste fortement sur les besoins relationnels, d'estime personnelle, de singularité, d'accomplissement et d'utilité, que les enfants, à l'instar des adultes, éprouvent aussi.

Elle peut donc tout aussi bien se lire, non pas en termes de droits mais en termes de besoins fondamentaux. Elle devient alors un outil précieux pour les parents. Si leur rôle est d'insérer leurs enfants, de les confronter au principe de réalité qu'ils devront affronter tout au long de leur vie, de leur faire admettre que le monde ne sera jamais au service de leurs désirs, il leur faut, aussi,prendre en compte la singularité de leurs enfants et les aider à trouver les moyens par la créativité, la ténacité, le travail, de réaliser leurs rêves.

La singularité de chacun est une richesse dont la société a besoin plus que jamais. Jacques Salomé nous rappelle que "l'autorité des parents n'est que la capacité d'influencer leur enfant en leur permettant de devenir auteur de leur propre vie".

Lourde tâche pour les parents, qui, face à une société consumériste,à la recherche du plaisir immédiat, doivent savoir faire la part entre les besoins et les désirs de leurs enfants.

Beaucoup se retrouvent alors en difficulté pour dire non à leur enfant et renoncent ainsi à leur apprendre le goût de l'effort et à la satisfaction du plaisir différé.

La convention a pour finalité de permettre à un enfant de devenir un acteur dans la société. Elle met ainsi en exergue l'enjeu d'une communication bienveillante avec l'enfant ou le jeune.

L'enfance est un moment très court dans la vie où tout compte, tout fait sens, d'où éclôt la singularité d'un enfant. L'aider à mettre des mots sur ce qu'il ressent, sur ce que les obstacles, les refus, les frustrations,déclenchent en lui, l'aidera à s'adapter au monde qui l'attend.

Écoutons ce qu'ils ont à nous dire à travers leur créativité.

Claudine Le Goff, adjointe au maire chargée de la petite enfance et de la parentalité
Claudine Le Goff, adjointe au maire chargée de la petite enfance et de la parentalité