A gauche l'union citoyenne, solidaire et écologiste

Fin des contrats aidés : à Lorient aussi

La fin des contrats aidés est une mesure brutale, non concertée, injuste.

Au niveau national, la suppression des 250 000 contrats aidés va entraîner davantage de précarité pour des milliers de bénéficiaires et mettre à mal un secteur associatif déjà sacrifié aux économies budgétaires.

Certes, ces contrats aidés n'étaient pas la panacée et nous revendiquons de véritables moyens pour exercer ces missions d'intérêt général avec de vrais salaires et de vrais statuts.

Mais dans l'attente, ces emplois constituaient un point d'appui pour les personnes éloignées de l'emploi ou sans formation.

Ces suppressions concernent les collectivités locales, et surtout le secteur associatif qui, faute de pouvoir faire autrement, n'existe qu'avec les contrats aidés : les Banques alimentaires, Emmaüs ; les associations de solidarité comme le Secours populaire ou le Secours catholique ; les associations d'éducation populaire comme la Ligue de l'enseignement ou d'autres encore, comme Idées Détournées qui voit la fin de trois contrats aidés... Ces associations sont vitales pour notre territoire. Aussi, nous leur apportons tout notre soutien et appelons aux mobilisations pour contraindre le gouvernement à revenir sur sa décision. Cette mesure prise après la baisse des APL et la très forte réduction annoncée de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) aux communes engendre des situations très difficiles pour les collectivités locales, les associations et au final pour la population qui en subira les conséquences. 

Delphine Alexandre (delphinealexandre@mageos.com)
Delphine Alexandre (delphinealexandre@mageos.com)