La seconde guerre mondiale

Construction de la base de sous-marins à Keroman

Le 3 septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à l'Allemagne qui vient d'envahir la Pologne. A travers l'amiral Dönitz et les sous-marins u-boote, le IIIe Reich met en oeuvre sa stratégie pour gagner la Bataille de l'Atlantique : attaquer les flottes de surface et empêcher l'ennemi de s'approvisionner en matériel et en armes aux Etats-Unis.

En juin 1940, l'amiral Dönitz choisit d'établir son PC à l'arsenal de Lorient. Afin de protéger leurs installations régulièrement bombardées par les alliés jusqu'en 1941, les allemands décident de construire des alvéoles indestructibles pour leurs sous-marins.

Après le premier bunker dans l'arsenal du Scorff, un gigantesque chantier de 15 000 hommes commence en 1941. 20 hectares sont réquisitionnés entre la pointe de Keroman et l'embouchure du Ter pour construire trois immenses blocs alvéolés nécessitant 900 000 tonnes de béton armé. Les deux premiers, Keroman 1 et Keroman 2, achevés dès la fin 1941, sont longs de 130 m et haut de 18,5 m. Le troisième, Keroman 3, est achevé en 1943.

L'ensemble des blocs pouvaient abriter plus de quarante submersibles.Alors que les u-boote coulent de plus en plus de navires et que la menace gronde pour les alliés, le cabinet de guerre donne son autorisation de bombardement de zone contre les bases opérationnelles des u-boote sur la façade atlantique.

Inspection de l'amiral Donitz à l'occasion de l'ouverture du K1 en 1941.
Inspection de l'amiral Donitz à l'occasion de l'ouverture du K1 en 1941.

Winston Churchill ordonne des bombardements massifs, en priorité sur Lorient pour dévaster la zone de Keroman.

A partir de janvier 1943, la population civile est évacuée.

De mi-janvier à mi-février 1943, les Anglais larguent plus de 4 000 tonnes de bombes sur la ville. Lorient, champ de ruines, détruite à 85 %, est anéantie. Seule la base de sous-marins est intacte.

En 1944, après le débarquement allié en juin, la Bretagne est libérée en août. Mais le combat continue pour les Allemands. La ville est transformée en poche de résistance par l'ennemi, qui ne rendra les armes que le 10 mai 1945, deux jours après l'armistice. La base de sous-marins porte le nom de l'officier alsacien du génie maritime, l'ingénieur général Stosskopf, alors sous-directeur des constructions navales à l'arsenal, fusillé en 1944 par les Allemands pour avoir divulgué aux alliés des informations sur la disposition des lieux et les mouvements des U-Boot. Elle représente l'édifice militaire le plus grand jamais construit en dehors d'Allemagne par les nazis.

 

Lorient détruite, 1945. photo de Louis Le Guernevé, prise depuis le clocher de l'ancienne église St Louis en direction du bassin à flot. (coll. AML)
Lorient détruite, 1945. photo de Louis Le Guernevé, prise depuis le clocher de l'ancienne église St Louis en direction du bassin à flot. (coll. AML)