Etapes et styles de la reconstruction

Les propositions

Immeuble dit "la Banane"
Immeuble dit "la Banane"

Dès 1943, quelques mois après les premiers bombardements, Georges Tourry polytechnicien et architecte est chargé de la reconstruction de la ville dévastée. Il s'avère très tôt que la reconstruction de Lorient ne se fera pas à l'identique. Pour le ministère de la reconstruction et de l'urbanisme (MRU), il s'agit de rebâtir une ville pour l'avenir. Tourry se met à l'ouvrage dès l'été 1943.

De nombreuses propositions Au départ, l'urbaniste souhaitait dé-densifier le centre ancien en dédoublant la ville par le comblement total du bassin à flot sur lequel devaient être construits des logements. Il deviendrait grand axe de composition libérant les quartiers sud des industries et entrepôts. La ville serait séparée des zones portuaires par un bande continue plantée. Elle serait recentrée autour de la place Jules Ferry. Tous les éléments du centre ancien s'éloignant du mur d'enceinte de l'arsenal pour se concentrer autour de la nouvelle place. Elle serait poursuivie par un grand parc, le Moustoir, conçu comme un grand jardin public, cerné par de nouveaux boulevards d'accès débouchant d'un nouveau pont sur la voie de chemin de fer.

Sur la base de ces propositions, les travaux de remembrement commencent. Après six ans de travaux, de propositions de plans, de négociations avec les associations de sinistrés, on abandonne notamment l'idée de construire sur le bassin à flot. Son comblement est stoppé en 1949.

Après le déminage, le déblaiement, la réfection de l'ensemble de l'infrastructure (eau, électricité, gaz), la première pierre est enfin posée le 12 mars 1949, rue du Port. Lorient se rebâtira dans la négociation permanente avec ses habitants et aboutira à un plan respectant le tracé d'avant-guerre, contrairement à Brest, Saint-Nazaire ou Le Havre par exemple.

 

 

Les immeubles de la reconstruction

Immeuble dit l'Arsenal de terre
Immeuble dit l'Arsenal de terre

Immeubles d'inspiration régionale

Par exemple : Place Alsace Lorraine, îlot rue de Liège, rue du Port, etc.

Ils sont caractérisés par :

  • une composition générale faisant appel le plus souvent à la symétrie
  • des toitures à deux pentes couvertes en ardoise
  • la présence de lucarnes en toiture et des ouvertures plus hautes que larges
  • des modénatures d'accompagnement encadrements de fenêtres, appuis...
  • des ferronneries traditionnelles : barreaudages droits
  • les constructions forment des îlots fermés à entrée et sortie.

Le travail se fera sur la base administrative de l'îlot, espace délimité par quatre rues, sur un rythme imposé par le financement des dommages de guerre, soit, à Lorient, deux par an. Chaque îlot aura un architecte en chef chargé de l'unité esthétique de l'ensemble. Ainsi, une trentaine d'architectes, lorientais pour la plupart, vont travailler sur le secteur du centre ville de 1949 à 1963. Toutes les tendances et les influences de l'architecture des années 50 sont représentées. Les premiers îlots seront compacts et fermés : simple mise en volume du parcellaire permettant de lire parfaitement les limites de propriété. Puis la tendance sera d'éviter les cours fermées et d'ouvrir le cœur de l'îlot à l'espace public et progressivement le bâtiment s'éloigne du tracé des rues.

 

Les immeubles d'inspiration moderne

Par exemple : îlot rue de Liège, rue du Port, Tour Martel, la " Banane ", etc.

Ils sont caractérisés par :

  • des porte-à-faux : auvents, balcons
  • des toitures terrasses ou toits jardins
  • des fenêtres en longueur
  • des pilotis : réels ou souvent factices
  • une composition générale sur une rue ne laissant pas apparaître des séparations physiques de copropriété.

îlots fermés et îlots ouverts se côtoient, favorisant ainsi la diversité architecturale : de la restauration à l'identique jusqu'à la copie d'une cité radieuse, l'immeuble du Moustoir réalisé par l'architecte Conan en 1962.

 

Les dates clés

  • 1943 : Georges Tourry est nommé urbaniste en chef
  • 1944 : présentation à Auray d'une première esquisse de la reconstruction
  • 1945 : libération de Lorient : déblaiement et premiers baraquements
  • 1946 : premier plan de reconstruction. Début du remembrement
  • 1946-49: mise en fonction des réseaux
  • 1948 : acceptation du plan de reconstruction
  • 1949 : pose de la première pierre rue du Port en mars et arrêt du comblement du bassin à flots.
  • 1951 : cinéma le Royal
  • 1952 : école de Merville
  • 1953 : début du lycée Dupuy de Lôme et ensemble "La Banane"
  • 1954 : école Bisson
  • 1958 : pont d'Oradour, Parc des sports
  • 1960 : hôtel de ville
  • 1963 : immeuble du Moustoir
  • 1964 : halles de Merville
  • 2003 : théâtre